Introduction En Philosophie Dissertation Proposal

Print book

Dissertation proposals & writing dissertations

This book takes you through all the elements needed for a successful dissertation proposal and dissertation. The book explains the sections required for both proposal and dissertation, and offers helpful downloadable templates to assist with the presentation.

Site:Solent Online Learning
Course:Succeed@Solent
Book:Dissertation proposals & writing dissertations
Printed by:Guest user
Date:Sunday, 11 March 2018, 3:27 AM

Dissertation proposals & writing dissertations

Getting Started

Writing both your dissertation proposal and your dissertation will utilise the skills you have developed throughout your course. Many of these, such as Research, Critical Thinking and Referencing, have been covered elsewhere in the succeed@solent.

This book will cover:

  • submitting a successful dissertation proposal
  • writing and organising your dissertation
  • presenting your proposal and dissertation to the required specifications for submission.

The first step is to put together your proposal.




 

Step 1: Dissertation proposals

What are the essential elements to a good dissertation proposal?

  • Title
  • Introduction
  • Aims and objectives
  • Methodology
  • Literature review
  • Scope and constraints
  • Resources
  • Outline of sections/chapters
  • Timetable
  • References.

Title

You need a working title to focus on throughout your research. It may be that you will improve on the wording later but make sure the title you begin with means something.

Remember:

Future employers may ask about the topic of your dissertation. It might be worth thinking to the future in order to come up with something that will gain their interest.

Which of the following would gain your interest if you were the manager of a web-based sales company?

  • "Intranets and their use in advertising"
  • "Using Intranets to build a knowledge management system"
  • "How recent developments in Intranet technology can be used improve sales performance."

Introduction

Set out your reasons for undertaking this particular study in your Introduction.
Set your ideas into a theoretical/academic context.

Your statement should:

  • Outline the problem – what is the key issue?
  • Explain why you think this is worth investigating
  • Describe the nature and purpose of your research
  • Indicate what you hope to achieve.

Remember:

Some lecturers prefer students to weave their literature review into the introduction; others prefer it to be kept separate.

If you are unable to complete your statement then you are not yet ready to begin.

Aims and objectives

The primary focus of your research project is usually expressed in terms of aims and objectives.

What is the difference between an aim and an objective in an academic context?

Aim

  • An intention or aspiration; what you hope to achieve.
  • Aims are statements of intent, written in broad terms.
  • Aims set out what you hope to achieve at the end of the project.

Objective

  • A goal or a step on the way to meeting the aim; how you will achieve it.
  • Objectives use specific statements which define measurable outcomes. For example: what steps will you take to achieve the desired outcome?

Objectives should be S.M.A.R.T.:

  • Specific – be precise about what you are going to do
  • Measureable –you will know when you have reached your goal
  • Achievable – Don’t attempt too much. A less ambitious but completed objective is better than an over-ambitious one that you cannot possible achieve.
  • Realistic – do you have the necessary resources to achieve the objective? For example: time, money, skills, etc?
  • Time constrained – determine when each stage needs to be completed. Is there time in your schedule to allow for unexpected delays?

Remember:

Use strong positive statements which use strong verbs. Avoid weaker verbs.

Strong verbs:collect, construct, classify, develop, devise, measure, produce, revise, select, synthesise
Weak verbs:appreciate, consider, enquire, learn, know, understand, be aware of, appreciate, listen, perceive

How many aims or objectives should there be?

  • There are no fixed number of aims or objectives.
  •  Some tutors are happy with one clear strong aim, whilst others like to see a main aim supported by at least two subsidiary aims.
  • You will be required to produce sufficient objectives to be able to measure progress towards meeting the aim/s.

Remember:

Aims describe what you want to achieve. Objectives describe how you are going to achieve those aims.

Example
Aim: To investigate the relationship between tectonic-plate movement and the gravitational effect of the alignment of the major planets.

Objectives:

  • Data sets will be extracted from the known historical record of tectonic-plate movement
  • Data sets will be extracted from astronomical tables detailing the various alignments of the major planets covering the same period as data from the geological record.
  • The data from both sets will be synthesised to establish if correlation points exist between major geological events and planetary alignments.

Methodology

Remember to do the following when writing your Methodology:

  • explain what methods you intend to use when researching and developing your report.
  • use a descriptive writing approach. It is important to explain what research methods you used to collect your info.
  • Do not include your questionnaires, interview transcripts, etc. -these go in the dissertation’s appendices.
  • Discuss with your project supervisor the extent and level of detail required; original research will obviously require a more detailed description than a project based solely on secondary research.

Example of a methodology statement

The following sample statements are intended to give a flavour of the approach one could take but they are not to be assumed to represent a complete methodology.

Literature survey
Secondary data will be reviewed initially through the university library using a range of information sources such as the OPAC system, academic and commercial abstracts, bibliographic databases, and Internet search engines.
To aid the search, a table of key terms will be constructed and the sources located will be correlated with this. A secondary cross-reference table will be developed so that data can be viewed from different perspectives.

Data collection and sampling
To test current practice against the historical record an on-line survey will be conducted to gather primary source data from companies currently engaged in the export of goods related to heavy engineering projects.
The survey will collect quantitative data on the range of goods requiring an end-user licence. A systematic yet random sample of companies will be drawn from members of the British Business Register.

Data analysis
As the number of companies, engaged in the defined activity, has yet to be established the data analysis method has not yet been decided. However, it is anticipated that a commercial spreadsheet package such as MS Excel would be suitable, although more sophisticated analysis software such as SPSS is available within the university’s IT centre should this be required.

Remember:

If someone else chooses to carry out the same or a very similar type of study, they should be able to understand and copy your methods from your descriptions.

Literature survey

The Literature survey (also known as a  Literature Review):

  • uses a descriptive writing approach
  • describes the existing and established theory and research in your report area by providing a context for your work.
  • can show where you are filling a perceived gap in the existing theory or knowledge
  • can propose something that goes against or is controversial to existing ideas.
  • accurately references all sources mentioned in the survey and gives a full citation in the Reference List.

Remember:

Not every dissertation proposal contains a Literature survey.

Sometimes the literature survey can be a discrete piece of writing that is set and marked separately.

You can embed your literature survey in the main body of your dissertation but this depends on the preferences of your department or tutor.

Scope and constraints

Set the boundaries clearly in this section.

For example:

  • you may have too much material to cover so you will need to put some limits in place on the project
  • you may not be able to conduct some research due to constraints imposed by time, cost or availability of materials.

Examples of boundary setting:

1. The literature survey will be as thorough as possible and will be complete by the time the dissertation is written up in full. However, one key area will require a number of visits to the British Library as some materials are not available on inter-library loan. This section will be researched over the summer break as time permits.

2. Whilst it is hoped to conduct some primary research in the USA during the summer of 2010, current restrictions on visa applications is causing some concern. Should the USA research prove impossible to achieve, secondary research will be extended in order to provide an alternative means of analysis.

3. Whilst every endeavour will be made to present a global perspective, many original documents are written in languages other than English. Obtaining technical translation of these documents may prove difficult due to financial constraints. Electronic translation software is not sufficiently advanced as to guarantee reliable results with this type of material and will not be employed.


Resources

List resources that you will need to complete your study in the Resources section.

Example:

The university’s library and IT facilities should prove adequate for the majority of the research and analysis required by this study.

However, graphical representation of some of the data may require the use of specialist software such as Pro-graph, which is not currently available in university’s IT suite.

This will not affect publication of the results, however, as this service is provided locally by a commercial printing facility.

Timetable

Below is a proposed timetable for your dissertation. Your schedule should be designed to fit in with the university timetable/academic year and should take account of any deadlines set by your department. It should also be sufficiently detailed for your supervisor to identify any areas of weakness in order to provide you with appropriate guidance:

Academic calendar week no.Activity
10Receive clearance from supervisor to proceed.
11-12Literature searching.
Christmas breakReview literature and start work on first draft. Aim to complete chapter one.
13Design questionnaire (if appropriate).
14Submit draft of questionnaire and chapter 1 to supervisor.
15-16-17Work on first draft of remaining chapters (excuding conclusion).
18Submit first draft to supervisor. Receive feedback on previous work.
19Update questionnaire (if required) and send out.
20-21Chase questionnaires and begin tabulating results.
22Receive feedback on first draft main chapters.
23Analyse results of questionnaire.
EasterWrite up final draft of dissertation - begin drafting out conclusion.
24Complete final version - main chapters.
25Receive feedback on conclusion and write up.
26Final revisions after proofreading.
27Print - bind - submit.

Outline of sections/chapters

Give an outline of the structure of your dissertation in this section. This is usually restricted to the main body as the overall structure is often prescribed.

The main discussion will require a more detailed breakdown than other sections. You should give suggested chapters headings and one or two paragraphs about the proposed content.

Example outline for the main body

Introduction
• Literature survey
• Methodology
Results (if appropriate)
Discussion

e.g.Is art really a good investment? (1-2 paragraphs describing the proposed content)
How UK auction houses manipulate market values (1-2 paragraphs describing the proposed content)
Provenance: truth or fiction? (1-2 paragraphs describing the proposed content)
An international perspective (1-2 paragraphs describing the proposed content)

Conclusions
Recommendations (if appropriate)

Remember:

Check if your faculty has any specific requirements.

References

The reference list at the end of your work demonstrates the depth of your research.
It acknowledges your sources of information, protecting you against the serious charge of plagiarism (passing off others’ ideas as your own).

This is where you list all of your research reading if you have included a literature survey.

Remember:

If you presented your literature survey separately, you would have referred to some aspects of that reading in your introduction (your statement of the problem).

You must cite and reference those aspects in this section.

Step 2: What sections go into a dissertation?

Below is a list of the sections a dissertation may contain. However, not every dissertation includes all these sections. Find out which sections you need to include by asking your supervisor, by identifying what is standard practice in your discipline or by reading papers written by other students:

  • Cover
  • Title page
  • Acknowledgements
  • Abstract
  • Contents page
  • List of figures or illustrations
  • Main body
  • Introduction
  • Literature survey
  • Methodology
  • Results
  • Discussion
  • Conclusion
  • Recommendations
  • Reference list / Bibliography
  • Appendices

This is a formatted Word document that you can overwrite with your report content. In the template above, simply delete sections which you are not required to write or move sections within the document by cutting and pasting.

Remember:

When submitting any written work via turnitin you need to add an electronic cover sheet to your assignment. You can get a copy of this from your Unit page, or visit Successful Online Submission. To see examples of past dissertations from Solent University students, please visit the archive below.

Cover page

All dissertations and theses submitted at Southampton Solent University must be bound and have an official uni cover page. You can get the cover page from your faculty office. Notice that the cover page has a 'window' in it (a rectangular hole). Make sure that your title page has the required information positioned correctly so that it shows through the hole.

Figure 1: Example cover page

In the template above, the title page is formatted correctly. Notice that the template title page shows through the picture of the cover.

Remember:

When submitting any work online via turnitin add an electronic cover sheet to your assignment. Get a copy of this from your Unit page, or visit Successful Online Submission.

Dissertations are exempt from online submission, however you can use turnitin prior to the hand in date to check your work.

Title page

Your dissertation or thesis should have a title page - it'll look something like the one here (taken from one held at the Solent Electronic Archive 'for reference only').

Figure 2: Example title page

Your faculty should provide you with a standard Solent University dissertation/thesis cover. This has a rectangular hole or ‘window’ through which it should be possible to read the following details from the title page:

  • The award for which the project is submitted
  • The academic year of submission
  • The name of the author
  • The title of the work

You have to position the window carefully in the centre of the page. You could create a moveable text box on the page in order to do that, or you could use the template which has the window positioned correctly.

Other information that may appear on the title page but outside of the window space may include:

  • Southampton Solent University
  • The name of your faculty
  • The name of your supervisor
  • The date of presentation

Remember:

Check with your faculty/tutor for their preferences.

Acknowledgements

The acknowledgments is a paragraph which thanks everyone who has helped you whilst you have been researching and writing your dissertation.This may be your supervisor or any other academic staff who have provided guidance and support; other students or colleagues that you've collaborated with; interviewees; librarians;  external bodies who have given you assistance.

Not every dissertation/thesis has one but it is a good idea, if you are clear about who you should thank - don't just include one because you feel you ought to. Do check previous students' papers in the library and talk to your supervisor about whether to include one.

Figure 3: Example Acknowledgements page (from Solent Electronic Archive).

Remember:

Acknowledgements usually come on the first page after the title page although some people put it after the abstract. Check for the normal practice in your subject.

Abstract

The Abstract is a summarised version of your complete paper. A reader could get the main ideas from just the abstract, or use the abstract to decide whether to read the rest of the paper. Every dissertation/thesis does have an Abstract although it may be called a 'summary'.

Remember to:

  • Briefly outline what your paper aims to do
  • Briefly outline the results and the conclusions you have reached.

Figure 4: Example abstract page (from Solent Electronic Archive).

Remember:

The abstract will always come at the beginning of your paper, before the contents page.

Contents page

A dissertation or a thesis is an extended piece of writing. To help your reader find information easily, you must include a Contents page.

Figure 5: Example contents page

Usually, the Contents page will come after the Acknowledgements and Abstract, and before the List of figures (if you have one) and the Introduction.

Notice that everything leading up to the Introduction does not have to be numbered here. If you do number the pages, the numbering would be in Roman numerals.

Remember:

Be very careful when making your final draft that all of the page numbers given in the Contents are correct.

List of figures or illustrations

You will need to include a List of figures, a List of illustrations or even both if your dissertation has the following items:

  • tables or charts
  • diagrams 
  • photographs, pictures or illustrations

This page should:

  • list the name of each figure or illustration, included in the body of your dissertation or thesis. It should give the number of the page that it appears on.
  • give a descriptive title (not 'Figure 1', 'Table 1' etc.).

Figure 6: Example of a list of tables/figures page

Remember:

You do not need to give reference details here.

Include these in a citation next to the figure itself and in your Reference List or Bibliography.

Figures, tables, illustrations... what's the difference?

If you are doing a design or fine arts subject, it is likely that you will include photographs, drawings, paintings or illustrations in your dissertations. These would normally be included in your List of illustrations.

In other subjects, it is common to include all tables, charts, graphs, photographs, drawings, etc. together in a List of figures.

However, if you have a great deal of information presented in tables, it may be best to have a both a List of tables and a List of figures (everything that's not a table). When labelling, number these separately (Table 1, Table 2, Figure 1, Figure 2, etc.).

Remember: 

The List of illustrations is positioned after the Contents page (on a separate page) and before the Introduction.

Check what is the normal practice in your discipline.

Main body - introduction

The introduction serves as an expansion of your title and is included in every dissertation. The introduction:

  • uses a descriptive writing style
  • gives a bit more detail about the problem or question you are tackling in the paper
  • makes a very clear statement of your purpose – Why did you carry out the research? Why are you writing this dissertation?
  • indicates the scope of your research.
  • outlines the sections to be included
  • gives a very brief statement of the background to the topic.
  • can define any key terms which need clarfying in order to understand the content.

Remember:

The introduction comes at the beginning of the paper, after the abstract, acknowledgements and contents lists.

When numbering the pages, start at 1 on the introduction.

Main body - literature survey

The Literature Survey is also known as a Literature review.

A Literature Survey

  • uses a descriptive writing approach
  • is positioned after the introduction and before the methodology
  • describes the existing and established theory and research in your report area. You are providing a context for your work.
  • can show where you are filling a perceived gap in the existing theory or knowledge
  • can propose something that goes against or is controversial to existing ideas.
  • accurately references all sources mentioned and gives a full citation in the Reference List.

Remember:

The Literature Survey is not in every dissertation. Sometimes the literature survey can be embedded in the main body of your writing. 

Check whether to include this seperately or not with your department or tutor.

Main body - methodology

The general idea is that, should someone else choose to carry out the same or a very similar type of study, they should be able to understand and copy your methods from your descriptions. Your thesis or dissertation will involve a large body of research so it is important to explain what research methods you used to collect your information.

The Methodology should:

  • uses a descriptive writing approach
  • is positioned after the introduction (and Literature survey if one is included)
  • explains the methods used in researching and developing your report.

Remember:

Do not include your questionnaires, interview transcripts, etc. here -  put these in the appendices instead.

Main body - results

The Results section may also be called 'Findings'. This section:

  • uses a descriptive writing approach in an objective and factual way.
  • is positioned after the Introduction (Literature survey and Methodology if these included), directly before the Discussion section.
  • describes everything discovered through your research.
  • gives all of the results, but only the results of your research activities.
  • can include tables, graphs or illustrations here to make it easier for the reader to understand the data.

Remember:

Do not include any discussion, argument or conclusions – these come later.

Main body - discussion

The Discussion section:

  • uses a discursive and evaluative writing approach
  • is positioned after the Results section.
  • interprets your own understanding of what the results of your research show.
  • makes interpretations and judgements.
  • contextualises your ideas in relation to other theories and with other similar research, particularly in reference to the works mentioned in your literature survey.

Remember:

All of this discussion must be framed within the purpose you stated in your title and introduction.

Do not draw out your conclusions here, but open up the discussion of possibilities.

Main body - recommendations

Check with your tutor or department whether you should be including recommendations in your dissertation or not.

If the dissertation provides information on an area for which future decisions will need to be made, then you should include recommendations on what decisions to make.

The recommendations:

  • use an evaluative writing approach
  • is positioned after the Conclusion
  • must be cross referenced to the part of the paper that gives evidence for them.
  • each recommendation should be numbered separately.

Remember:

Including a Recommendations section depends on purpose.

Always check with your tutor first.

Main body - conclusion

The Conclusion should reach your point. The conclusion:

  • uses an evaluative and possibly argumentative approach.
  • is positioned after the Discussion.

Consider the following questions:

  • What, in your conclusion, did your research show in relation to your aims?
  • Did you meet your aims, go beyond them, or in fact fail to reach your aims?
  • Did you prove your own hypothesis or disprove it?

Remember:

Do not go back to a longwinded explanation of your results but instead give a brief and clear statement of what these results show.

Reference List/Bibliography

Some dissertations have a reference list, some have a bibliography, some have both. Ask your supervisor, and look at past papers in your subject to find out which one to use.

Figure 7: Example references page


A Reference list:

  • is positioned at the end of your paper before the appendices
  • gives the detailed references for all source materials used in your paper. 
  • includes anything quoted, paraphrased or referred to that was written or stated by someone other than yourself .

A Bibliography:

  • is positioned at the end of your paper before the appendices
  • gives the detailed references for all source materials you have read. 
  • lists anything looked at  in your research

Tip:

For details on how to write different kinds of references: visit the Referencing Book.

Appendices

An appendix normally includes research related material that does not fit easily or suitably in the body of the paper:

  • survey questionnaires
  • observation sheets
  • interview transcripts
  • supplementary data which adds useful information or insight but is not essential to the understanding of the paper

An Appendix:

  • is positioned as the final section of your dissertation or thesis.
  • is numbered and titled 
  • uses a different page numbering system ('A-1', 'A-2' etc.).

Figure 8: Example appendices page

The dissertation template has that all set out for you - click the image of an appendix on the right to download the template.

Remember:

You can have more than one appendix (appendices).

For each Appendix, start on  a new page.

What a dissertation should look like

The following pages give you advice on:

  • how to format and present a title page
  • numbering sections and figures
  • page numbers
  • format
  • presentation
  • binding

Watch this short video for a student's perspective:



Remember:

The advice on this site is general. Always check the specific requirements of your faculty or department. Ask if they can provide you with dissertation writing guidelines. To see examples of past dissertations from Solent University students, please visit the archive below.

Solent Electronic Archive (Weblink opens in new window)


Title page

As your dissertation is a larger piece of writing you should have a title page. Your faculty should provide you with a standard Solent University dissertation cover. This has a rectangular hole or ‘window’ through which it should be possible to read the following details from the title page:

  • The award for which the project is submitted
  • The academic year of submission
  • The name of the author
  • The title of the work

Position the window carefully in the centre of the page. You could either create a moveable text box on the page in order to do that, or use our template which has the window positioned correctly.

Other information that may appear on the title page but outside of the window space may include:

  • Southampton Solent University
  • The name of your faculty
  • The name of your supervisor
  • The date of presentation

Remember: 

Dissertations are normally exempt from online submission. However, you can use online submission to check your work prior to the hand in date.

If you're submitting any work online via turnitin  add an electronic cover sheet to your assignment. Get a copy of this from your Unit page, or visit Online Submission using Turnitin.

Numbering sections and figures

Good academic writing is about ease of understanding. Numbering the sections makes it easy to know where you are in the dissertation at any one time. It also means that your reader can use the contents page to find any particular part of the text they are interested in.

Numbering sections in your dissertation

Give all major sections a consecutive number using Arabic numerals (1, 2, 3, etc.).

For example:

1. Introduction
2. Literature review
3. Methodology
4. Results
5. Discussion
6. Conclusions

Number consecutively using decimal points within these sections

For example:

1. Introduction
2. Literature review
3. Methodology
3.1 Interviews
3.2 Questionnaires

Continue to add sub-sub sections by increasing the number of decimal points. Avoid doing this excessively as you may make the structure too complicated.

Numbering figures, tables and illustrations

  • Label and format correctly any figures or tables that you use in your dissertation:
  • Number figures and tables separately
  • Number them consecutively, using Arabic numbers (e.g. 1, 2, 3, etc.) in the order that they appear in the text
  • Each figure or table should have a title

For example:

Figure 9: Example of writing figures

Figure 10: Example of a table

  • Check very carefully that the numbering and page numbering are all correct in your list of tables and figures
  • Always provide a source for any figure or table that was not created by you, and give a full citation for the source in your reference list

Remember:

‘Figure’ refers to any graph, chart, photographs, drawing, picture or other illustrations.

For example:  illustrations in a design dissertation has 'figures’.

If including a figure or table, refer to it in the body of your paper at the point where it appears.

  • the sequence of appendices should be given using capital letters of the alphabet (A, B, C, etc.).
  • list them by their letter in the contents page 
  • give each appendix a heading in the form ‘Appendix A’, ‘Appendix B’, etc., as well as a descriptive title.

For example:

“Appendix A: Copy of survey questionnaire”

Page numbers

As far as page numbering goes, there are four sections to your dissertation:

Title page

Your title page should have no number.

Preamble

The preamble is everything between the Title page and the Introduction:

  1. Abstract
  2. Acknowledgements
  3. Contents 
  4. List of Tables and Figures.
  • Use small-case Roman numerals (i.e. i, ii, iii, iv, etc.) to number.
  • Insert a section break between the pre-amble and the main body.

Main body

  • Includes everything from the Introduction up to (but not including) the appendices.
  • Use Arabic numerals (1, 2, 3, 4, etc.) to number.

Appendices

  • Use the letter name of the appendix and an Arabic numeral. (i.e. A-1, A-2, B-1, B-2) to number.
  • Create a section break for each appendix and manually add the letter name into the footer.

Note:

All these sections, with correct numbering, appear in the general dissertation template which can be accessed below.

Format

Font

  • The standard font for Southampton Solent university is Trebuchet MS.

Line spacing

  • Set your line spacing to 1.5 lines.

Indents or breaks

  • Leave a space of one line between paragraphs, rather than indenting the first line
  • Set your spacing at 12pt after a line.

Margins

  • The left hand margin should be set at 3.2cm (1.25 inches)
  • The right hand margin about 2.5cm (1 inch).
  • Approximately 3.8cm (1.5 inches) should be left free of text at the top and bottom of each page.

Section headings

  • Sections headings should be left aligned, bold and numbered.
  • The numbering should be the same as given in your contents page.
  • Make sure you are consistent in your numbering of headings and sub-headings.

Remember:

There may be some variation in your department’s requirements.

For example: some departments may want you to indent as well as leaving a line space. Check with your supervisor or your department’s guidelines.

Presentation

Try and follow the presentation points below:

  • Use white A4 paper of a reasonable thickness (not too thin and not thick like card)
  • Single sided (print on one side of the paper only)
  • Bind and cover your paper – plastic comb binding is the most common way
  • use the standard Solent University front and back cover that has window in the front to show the assignment details

Look at the example title page above. It has the dissertation details in the correct place to appear through the cover window.

Remember:

If your dissertation is in any way different to the normal format (as, for example, some design dissertations may be), consult your supervisor for correct presentation.

If you check your work electronically using turnitin, add an electronic cover sheet to your assignment. Get a copy of this from your Unit page, or visit Online Submission using Turnitin. The final submission of your dissertation will not normally be done online using Turnitin.

Binding

Professional binding
For advice and guidance, email the university's Print Centre at print.centre@solent.ac.uk or visit the collection desk, on the lower floor of Mountbatten Library. Opening hours are 8am -5.30pm Monday to Friday.

Online orders including posters, dissertations and a wide range of printing, finishing and binding options can also be placed using this Canon Print Centre link.

What type of binding should you use?
  • First of all, check the expectations of your department.
  • How important do you view this paper you are handing in? If it’s really important, then surely it’s worth the cost of having it professionally bound.

No matter how well bound your dissertation is, the content is the most vital part.

Submitting your dissertation

Dissertations are normally exempt from online submission using Turnitin. However, it is a valuable tool for checking your work prior to the hand in date. Your tutor will need to have set up a turnitin link on your course page to do this.

You can get more information on online submission elsewhere in the Successful Study Guide.


Dissertation proposals & dissertation checklist

Before submitting check that you have completed all required details.

Front cover:

  • What is required? If in doubt check with your faculty but as a minimum you should include:
  • Your name
  • Your faculty/course name
  • The assignment/project title (if specified)
  • Your proposed title
  • Your supervisor’s name
  • Date of submission

Main text:

  • Is your title meaningful?
  • Does your statement clearly define the problem?
  • Is your purpose in undertaking the study clear?
  • Have you set out your aim/s clearly?
  • Are your objectives clear and measurable?
  • Is your methodology sufficiently clear that someone else could replicate your study?
  • Do you have the necessary resources to complete the study?
  • Is your timetable realistic?
  • Are your sections/chapters sufficiently developed that your supervisor will be able to see where you are going with this?
  • Are your references complete and in the required format?

Academic style:

  • Is your title meaningful?
  • Does your statement clearly define the problem?
  • Have you checked the word count?
  • Have you checked the layout? (Does your faculty have any specific requirements e.g. numbered sections/paragraphs?)

Remember:

When submitting any written work online via turnitin you need to add an electronic cover sheet to your assignment. You can get a copy of this from your Unit page, or visit Successful Online Submission.

Avoiding plagiarism

Plagiarism is taking the words, theories, creations or ideas of another person and passing them off as your own.

Plagiarism can be deliberate – copying a passage from a book or journal or pasting something from the internet into an assignment without referencing the original source.

You can also commit inadvertent plagiarism which is where you unintentionally repeat some of the information you have read in the course of your research. You must ensure you do reference ALL material that comes from another source so question yourself as to whether you have read the information elsewhere and go back to your sources to locate the reference.

Plagiarism can also result from not referencing correctly. You must ensure you know how to reference your work using the style advised by your tutor.


Watch this video to find out more about avoiding plagiarism:

Consequences

Plagiarism is a serious issue that can result in failing an assignment, failing the year or even having to leave the course. All forms of plagiarism will be taken seriously - deliberate or not!

Plagiarism is a form of academic misconduct. Southampton Solent University has clear guidelines on student academic conduct and procedures for dealing with academic misconduct. Make sure you are familiar with these by looking at the links on this webpage:

To avoid plagiarism, make sure you include references within your assignment to all sources you use and then include full details of all the sources in a reference list at the end of your work.

To find out more, download the Avoiding plagiarism summary below.

Test your understanding of what plagiarism is by clicking on the links below.


Extra resources

Reading List

Read a book or ebook from the Dissertation Proposals and Writing Dissertations reading list.

The following titles are available from the library:



Post-graduate study

Subject specific books and ebooks

Recommended websites.
This is currently being updated.

Downloadables

Documents used in this resource

More help

If you'd like some more help with dissertation proposals and writing dissertations you can:

  • Ask your lecturer for guidance.
  • If you are a disabled student you can also contact Access Solent for guidance and support.
  • View the glossary to help you understand the words used in this book.
  • Read a book or ebook from the reading list found in Extra resources.
  • Visit recommended websites in Extra resources for further guidance on dissertation proposals and writing dissertations.

If you have any feedback about dissertation proposals and writing dissertations. or additional material you'd like to see in the course, please email us at lt.help@solent.ac.uk

Thank you to all staff and students at Southampton Solent University who contributed to this course.

Le développement d'une dissertation

Rédiger un développement de dissertation

Le développement du devoir s’articule en parties ; mais l’élément de base de la rédaction est le paragraphe. Passez toujours deux lignes entre l’introduction et le développement, le développement et la conclusion ; passez une ligne entre deux parties du développement. À la fin de chaque paragraphe, passez à la ligne et commencez en retrait le paragraphe suivant, sans jamais passer de ligne.

Un développement comprend toujours des parties, ces parties comprennent toujours des paragraphes. Vous pouvez, mais ce n’est pas une obligation, rédiger pour chaque partie une introduction de partie et une conclusion de partie ; entre deux parties doit toujours figurer une transition.

Le développement du devoir doit être directement écrit au propre : vous n’auriez pas le temps de faire un brouillon.

Les introductions de partie

En-tête facultatif du développement d’une partie, l’introduction de partie annonce la question abordée dans cette partie. Elle est soumise aux mêmes impératifs que l’annonce du plan en introduction : ne pas en dire trop, ne pas en dire trop peu. Elle doit être formulée sous forme de question.

Soit le sujet « Ce qui est vrai est-il flagrant ? ». Le plan suivi dans le devoir pourrait être :

  • I. L’évidence comme critère nécessaire de vérité.
  • II. La vérité symbolique sans évidence.
  • III. L’insuffisance et la nécessité de l’évidence seule.

Voici par exemple comment introduire la première partie du devoir : « Puisque la flagrance d’une idée est son éclatante évidence, il s’agit dans un premier temps de comprendre pourquoi l’évidence est le fondement indispensable de toute vérité ; quel rôle joue en somme pour la vérité la notion d’intuition ? »

Veillez, dans l’introduction d’une partie, à être un peu plus explicite que dans l’annonce du plan. Le paragraphe d’introduction doit comporter seulement entre une ligne et demie et trois lignes.

La rédaction d’un paragraphe

Votre devoir se décompose en autant d’unités élémentaires de rédaction que d’idées que vous avez isolées. La règle d’or est : une idée par paragraphe, un paragraphe par idée. Chaque type d’idée (voir séquences 2 et 4) devra être rédigé à sa manière propre. La matière à partir de laquelle vous rédigerez votre paragraphe est donc, par ordre de préférence : le texte d’auteur, l’observation personnelle, l’idée générale sur un auteur, l’idée générale sur une notion. La plupart du temps, un devoir mêlera ces différents types de matière, en consacrant toujours à chaque idée un paragraphe.

Les exemples peuvent être adjoints à l’exposé d’une idée lorsque leur développement se borne à l’illustrer ; si le développement de votre exemple risque de prendre suffisamment d’ampleur, vous pouvez lui consacrer un paragraphe.

Le paragraphe doit être d’une taille telle qu’une page en contienne entre deux et cinq environ.

Rédiger un paragraphe à partir d’un texte d’auteur

Il s’agit en somme de faire un petit commentaire de texte philosophique, à partir des souvenirs que vous en avez. Plus ceux-ci seront précis, meilleur sera l’effet produit. Les textes ne sont pas entrés à toute force dans votre problématique, puisque ce sont eux qui l’ont déterminée au contraire. Ainsi, tout au long de votre paragraphe, vous ferez mine de comprendre le sujet à la manière de tel ou tel philosophe.

Imaginons comment utiliser le texte de Merleau-Ponty donné dans l’exercice 2.1 de la séquence 2, p. 26, en fonction du sujet « Peut-on dire que la connaissance scientifique est la connaissance commune devenue plus rigoureuse ? ». Le plan de votre devoir serait :

  • I. Est-ce en rigueur que la science gagne sur le sens commun ?
  • II. La connaissance scientifique est-elle de la même nature que la connaissance commune ?
  • III. La connaissance scientifique n’aggrave-t-elle pas les préjugés de la connaissance commune ?
    Le texte pourrait ainsi intervenir dans la troisième partie. Il comprend trois idées principales :
    • la science repose sur la connaissance du sens commun, puisque ses objets, ses expériences, ses applications n’ont de sens que pour le monde de la vie commune ;
    • elle radicalise la tendance fondamentale du sens commun à oublier comment les choses nous apparaissent en premier lieu, et en fait des objets thématiquement découpés ;
    • elle tente d’effacer comment elle a d’abord eu accès aux choses, pour en parler telles qu’elles seraient en elles-mêmes : elle oublie le monde de la conscience pour s’installer dans le monde des objets, et fait de la conscience elle-même un objet. Dans votre paragraphe, vous développerez surtout la deuxième idée et mentionnerez simplement les deux autres.

Le texte doit être évoqué en fonction moins de ses préoccupations propres que du sujet de votre devoir. Si votre texte ne convient pas tout à fait à la problématique de votre devoir, vous devrez déployer plus d’habileté pour l’y faire entrer, éventuellement quelques connaissances sur l’auteur.

Cherchons à présent à utiliser le même texte dans le cadre d’un sujet qui lui convient moins bien, par exemple « Le progrès technique suscite-t-il de nouvelles questions philosophiques ? ». Le plan proposé pourrait être :

  • I. La philosophie est éternelle, et ne dépend pas des développements de la technique ;
  • II. Le progrès des applications de la science bouleverse le monde, et donc la pensée du monde ;
  • III. Les nouvelles questions philosophiques et les inventions de la technique se provoquent les unes les autres.

Le texte de Merleau-Ponty pourrait être utilisé dans la première partie. Si vous savez que le domaine de la philosophie, selon Merleau-Ponty, est celui du « monde de la vie », celui où les choses nous apparaissent d’abord avant qu’on ne les thématise dans la connaissance, vous pourriez alors développer l’idée que le champ philosophique est premier et invariable : la science et la technique qui en dérivent ne sont que des développements dépendants et artificiels de ce monde originaire (par exemple, la géographie dépend d’une perception première du paysage).

Bien entendu, vous ne pouvez utiliser n’importe quel texte pour traiter n’importe quel sujet ! Il n’existe aucune autre règle, pour se rendre compte que le sens d’un texte est forcé, que celle du bon sens.

Voici à présent l’exemple de l’utilisation du même texte de Merleau-Ponty dans un cadre qui ne lui convient pas : « Une illusion des sens est-elle une preuve que les sens sont trompeurs ? » C’est un thème qui peut être traité à partir de Merleau-Ponty, mais non pas à partir de ce texte précis. Dire par exemple que la science est une illusion (« naïve », « hypocrite »), ce serait aller plus loin que ce que dit Merleau-Ponty dans ce texte ; dire que le monde de la conscience est un monde d’illusion que dissipe la connaissance objective, cela serait un réel contresens.

Parfois plus aisée que la mention d’un texte court et ciblé sur le sujet, l’utilisation d’un ouvrage entier dans un paragraphe obéit sensiblement aux mêmes règles. Au lieu de vous référer à un passage précis de cette œuvre, vous devez en donner une interprétation d’ensemble, rappelant son contenu et son but.

Le propos général de la Critique de la raison pure de Kant peut être rappelé à l’occasion d’un sujet comme : « À quoi reconnaître qu’une science est une science ? » En revanche, votre développement serait sans doute trop vague si vous cherchiez à traiter, à partir d’une idée générale de cet ouvrage, un sujet comme « Qu’est-ce que l’histoire des sciences peut apprendre aux philosophes ? ». Mieux vaudrait en effet pour un tel sujet vous référer à la préface de la Critique, dans laquelle Kant évoque une révolution philosophique à l’image de la révolution provoquée par Copernic en astronomie ou encore par les expériences de Torricelli.

Dans une dissertation, le commentaire d’un texte précis se fait donc en l’interprétant à partir du sujet donné. Votre paragraphe n’a pas besoin de faire appel à un exemple, sauf exemple donné par l’auteur lui-même, dans ce texte ou dans un autre. Imaginer soi-même un exemple pour expliquer la pensée d’un auteur est en effet un exercice dangereux : vous risquez de faire penser que vous n’avez pas bien compris l’auteur, ou que vous vulgarisez ou simplifiez à l’excès ce qu’il dit.

Pour le texte de Merleau-Ponty, vous pourrez développer l’exemple de la géographie fluviale, dont les progrès sont impossibles sans une connaissance commune, originaire, de ce qu’est une rivière.

Le paragraphe rédigé à partir d’un texte d’auteur doit évidemment mentionner ce texte, le plus précisément possible, dans la mesure de vos moyens, et comprendre un développement interprétatif, qui explique en quoi ce texte nous fait avancer sur le sujet en question. D’une manière générale, un texte donné en référence doit comporter au moins le nom de l’auteur ; c’est mieux si vous pouvez préciser le titre de l’ouvrage. Ne donnez jamais ce titre entre guillemets, mais toujours souligné (ce qui se traduit, dans un texte dactylographié, par de l’italique).

Voici un exemple de ce que peut donner, in extenso, un paragraphe élaboré à partir du texte de Merleau-Ponty sur le sujet « Peut-on dire que la connaissance scientifique est la connaissance commune devenue plus rigoureuse ? »

« La connaissance scientifique apparaît sous cet angle comme le prolongement de la connaissance commune. Elle n’est donc pas d’une autre nature, mais porte à un degré supérieur l’attitude caractéristique du sens commun. C’est, d’une part, qu’elle en dérive et en dépend : Merleau-Ponty remarque, dans la préface de la Phénoménologie de la perception, comment la science géographique dépend d’une expérience première du paysage, à laquelle elle se réfère constamment. Qui comprendrait en effet les dissertations les plus savantes du géographe géologue sur les strates, les plissement hercyniens, sans avoir eu à l’origine la vision simple d’un paysage ? Il ne faut pas, rappelle ainsi Merleau-Ponty, être dupe de l’hypocrisie de la science, qui fait mine d’oublier qu’elle n’a eu accès au monde que par l’étape première d’une conscience du monde ; le monde du sens commun n’est pas en rupture avec le monde de la science. C’est, d’autre part, qu’une seule et même naïveté est à l’œuvre dans les deux attitudes de connaissance, scientifique et commune, celle de faire mine de croire qu’il n’y a que des choses du monde, celle d’oublier qu’il y a d’abord une expérience primitive de la conscience, dans laquelle nous ne reconnaissons pas des objets, mais sommes simplement en relation avec un monde. Le préjugé de la science comme du sens commun, c’est de penser que les choses du monde sont bien en elles-mêmes les objets que nous reconnaissons, sur lesquels nous construisons une science, alors qu’ils ont auparavant existé autrement pour nous dans l’expérience originaire des “choses mêmes” ».

Rédiger un paragraphe à partir d’une observation personnelle

Vous trouverez dans la séquence 2 des conseils généraux sur l’utilisation des observations personnelles dans une dissertation de philosophie. La rédaction d’un paragraphe d’observation personnelle répond à des règles différentes. Il est absolument nécessaire de le faire autour d’un exemple. Vous ne pouvez non plus vous contenter de mentionner cette observation par l’illustration : l’exemple doit être expliqué et vous devez en dégager l’intérêt philosophique en relation avec votre sujet. Un procédé facile qui vous permettra d’élever votre propos et d’ajouter de l’intérêt à votre observation est de prendre à contre-pied le sens commun (sans pour autant choquer le bon sens).

À partir du sujet « Suffit-il d’avoir raison pour convaincre autrui ? », vous pouvez développer l’exemple de l’homme politique beau parleur, qui subjugue son auditeur et le mène où il veut. Le paragraphe qui suit n’explique rien, se contente de mentionner l’exemple et reste dans les lieux communs. Observez comme il est répétitif :

« Ainsi, l’homme politique n’a pas forcément raison ; pourtant, il parvient toujours à convaincre autrui. C’est parce qu’il est beau parleur ; son discours nous persuade lorsque nous l’écoutons. L’homme politique peut être dans le faux, il nous semble qu’il est dans le vrai, parce que ses mots arrivent à nous convaincre. Il parle bien : de ce fait, nous l’écoutons volontiers, nous lui faisons pleinement confiance et nous croyons ce qu’il dit, alors même qu’il pourrait se tromper complètement. Combien de promesses électorales ne sont ainsi pas tenues ! Combien d’électeurs sont déçus, parce qu’ils ont été convaincus par un homme politique qui les a trompés ! Ils se sont laissé séduire, ils ont eu foi en lui, simplement parce qu’il maîtrise bien le discours et qu’il maîtrise les hommes qui lui prêtent l’oreille… »

À l’inverse, voici ce que donnerait le véritable développement d’un exemple et d’une observation personnelle :

« Il est parfois frappant de constater le pouvoir de conviction de l’homme politique qui, alors même qu’il n’a pas nécessairement raison, emporte l’adhésion d’autrui par son seul discours. À côté de la conviction rationnelle, appuyée sur des arguments et une démonstration, il y a une façon de faire considérer la réalité, une puissance de suggestion qui nous fait irrésistiblement adopter un point de vue. Sur quoi repose cette conviction ? Il ne suffit pas de dire que le politique est beau parleur pour avoir expliqué la totalité de son pouvoir de séduction. D’une part, il semble que tout ce qui ne repose pas sur le contenu du discours, mais sur sa forme de présentation, est susceptible de forcer l’adhésion : l’homme politique ne communique pas immédiatement des idées pures d’un esprit à l’autre, il passe par l’intermédiaire de l’expressivité de son corps. Sa voix a des intonations douces ou aigres ; son visage est agréable ou terrifiant ; ses gestes inspirent la confiance et la sérénité, ou l’impatience et la colère. Tout se passe comme si ce n’était pas l’esprit de l’auditeur qui était convaincu de la vérité des idées exprimées, mais sa sensibilité et son corps ; avant de pouvoir faire penser, l’homme politique a le pouvoir de faire sentir. D’autre part, il dispose sans doute d’une habileté toute intellectuelle, qui consiste à toujours présenter ses idées sous un jour favorable, et à détourner une question gênante pour la faire entrer dans ses vues. Ici encore, les constatations du sens commun ne suffisent pas à expliquer comment, sans avoir nécessairement raison, l’orateur habile parvient à reconstruire jusqu’aux faits.

Dans le Gorgias, Platon…

[paragraphe suivant, introduit par le premier].

Rédiger un paragraphe à partir d’idées générales sur un auteur

Si vous ne disposez pas du souvenir d’un texte précis portant sur la question posée, mais que vous connaissez à peu près la position de l’auteur sur le sujet, cela peut suffire. La difficulté est alors d’éviter d’en rester à des généralités sur l’auteur et d’en tirer des conclusions directes peu probantes quant au sujet.

Le premier écueil est, en effet, de parler dans le vague de la « position » d’un auteur. Certes, c’est aussi l’occasion de faire des contresens sur lui, ce dont seule la référence à un texte précis pourrait vous libérer, puisque vous vous contenteriez de le mentionner et de l’expliquer modestement.

Sur le sujet « Le travail est-il une fatalité ? », voici un exemple de paragraphe trop vague, qui aboutit à des contresens en cherchant à exposer la position de Rousseau :

« Rousseau pense que les hommes sont inégaux, esclaves les uns des autres, ce qui signifie que les uns obligent les autres à travailler. Pour se libérer de l’esclavage, ils doivent signer un contrat social, qui leur permet de fonder une société libre. Pour se libérer de la fatalité du travail que le plus fort impose au plus faible, l’homme doit faire la révolution, comme en France en 1789 : les droits de l’homme remplacent alors l’esclavage. »

La conclusion que l’on semble pouvoir tirer d’un tel paragraphe est : fondez une république, et vous ne serez plus contraints de travailler. La fatalité du travail existe bien pour Rousseau, mais il s’agit plutôt de la nécessité naturelle pour l’homme de travailler s’il doit survivre ; le contrat social ne l’anéantit pas. Supposons un candidat plus habile que le précédent, qui n’en saurait pas plus que lui sur Rousseau :

« L’inégalité qui règne parmi les hommes, et dont Rousseau a fait le constat, conduit à la situation d’esclavage suivante : certains contraignent d’autres à travailler. Il s’agit donc d’une forme particulière de fatalité du travail : celui-ci n’est pas imposé par la nature, mais par d’autres hommes. L’instauration d’un contrat social, c’est-à-dire d’une nouvelle forme de société où règne la liberté, ne supprime évidemment pas la nécessité du travail, mais anéantit la contrainte où la multitude se voyait de travailler pour une minorité. À une forme de travail imposé se substitue une forme de travail librement consenti ou, du moins, rendu nécessaire par les seules exigences de la nature. L’homme n’est plus esclave de l’homme et c’est en ce sens précis que l’on peut dire qu’en république, depuis la Révolution française, le travail n’est plus une fatalité. »

Évitez à tout prix de condamner un auteur sans argumentation. Comme pour le commentaire de texte, rappelez-vous que vous devez toujours, lorsque vous exposez sa pensée, faire mine d’estimer qu’un auteur a raison. C’est votre droit de penser qu’il a tort ; c’est alors votre devoir de le démontrer. Ne valent que les démonstrations et nullement l’anathème, la moquerie, l’impression que tout le monde sait bien que ce que dit un tel est faux. Vous serez d’autant plus sévèrement sanctionné que votre connaissance de l’auteur en question apparaîtra bien vague, puisque ce que vous ne prendrez pas au sérieux, ce n’est pas ce qu’il a écrit, mais l’idée générale que vous vous faites de ce qu’il pense.

Voici comment un élève désinvolte pourrait chercher à montrer que « Platon, c’est n’importe quoi », et que « Freud, il n’y a que cela de vrai », sur le sujet « Comment expliquez-vous le désir de “remonter aux origines” ? ».

« Platon croit que les idées existent : il est idéaliste, c’est-à-dire qu’il est platonique et rêveur. Il prend ses désirs pour des réalités, alors que les idées ne peuvent pas exister comme cela : ce ne sont que des pensées en l’air. Ainsi, lorsqu’il dit qu’“apprendre, c’est se ressouvenir”, il dit n’importe quoi : comment pourrait-on se souvenir de ce qu’on n’a jamais appris ? On ne peut pas avoir des idées dans l’âme, puisqu’il n’y a pas d’idées, et pas d’âme ; donc, le désir d’un retour aux origines ne peut pas être un effort de l’âme pour retrouver les idées, c’est seulement un rêve.

Freud, au contraire, nous apprend que tout les désirs remontent au complexe d’Œdipe : le désir d’un “retour aux origines”, c’est la nostalgie de l’enfance, la volonté de retrouver l’amour de la mère et la protection du père. Platon n’est donc qu’un névrosé qui se réfugie dans l’imaginaire, parce qu’il a mal vécu son complexe d’Œdipe. J’explique donc le désir de remonter aux origines par la pulsion primitive de redevenir un enfant, et de retrouver le plaisir qui ne s’est pas heurté à la réalité : Platon prétend vrai ce qui lui plairait qu’il soit vrai, comme un enfant ; il ne se soucie pas de réalité. Lorsqu’il y est confronté, il veut se réfugier dans son passé, et remonter aux origines. »

Le paragraphe écrit d’après l’idée générale de positions sur un sujet peut donner l’occasion d’une confrontation entre auteurs, si votre devoir procède par étapes (voir séquence 4). Mieux vaut opposer des auteurs que tenter de réfuter l’un par l’autre.

Voici à présent ce que donnerait une opposition construite entre Platon et Freud, sur le même sujet :

« Selon Platon, “apprendre, c’est se ressouvenir” : notre âme détient des idées de tout ce qui existe, mais nous les avons oubliées. À l’occasion d’une perception, l’âme se souvient de ces idées : elle revient à la source de la connaissance. Le désir de “remonter aux origines” de la connaissance est donc la tendance fondamentale de la connaissance : connaître, c’est se souvenir, c’est en revenir à un temps originaire où nous détenions tout le savoir. S’il y a bien nostalgie dans ce désir, c’est une recherche positive du savoir ; l’homme veut remonter aux origines, précisément parce qu’il veut savoir.

Cependant, ne peut-on, avec Freud, dénoncer l’illusion dont Platon est victime ? Que les idées existent ou non, quoi qu’il en soit de la vérité de la théorie de la connaissance comme souvenir, Platon y témoigne une aspiration à l’origine. Toute volonté d’en revenir à un état antérieur est, selon Freud, une fixation ; la fixation principale est le complexe d’Œdipe. Il ne s’agit pas de prétendre réfuter Platon, en soutenant qu’il en est resté à la souffrance du complexe d’Œdipe, qu’il aspire à en revenir à son enfance où il n’avait pas à confronter son désir à la réalité : à supposer que cela soit vrai, cela ne constituerait pas une réfutation de la position de Platon.

Ce n’est pas parce que Platon serait névrosé que sa théorie serait fausse, de même que ce n’est pas parce qu’un scientifique est névrosé que le résultat de sa recherche est faux. Toutefois, deux conceptions s’affrontent : selon Platon, le désir de remonter aux origines est inscrit dans le désir humain fondamental de chercher la perfection de la connaissance ; selon Freud, il repose sur la fixation dans une enfance plus heureuse. Le désir de remonter aux origines est-il de l’ordre de la théorie de la connaissance ou de l’ordre de la médecine psychanalytique ? »

Si la conclusion que vous tirez de votre développement de la théorie de l’auteur est arbitraire, trop directe, c’est que votre développement est trop général et probablement hors sujet. C’est un exercice assez difficile que de tenir un sujet d’une main et un auteur de l’autre, à moins que ce que vous sachiez de l’auteur corresponde au sujet qui vous est posé.

« Tout peut-il s’acheter ? » : à propos de ce sujet, voici un exemple d’exposé trop général, mal rattaché au sujet par une conclusion hâtive.

« Si un homme se laisse acheter pour une action immorale, il commet une faute. La morale de Kant montre bien que notre devoir formule des impératifs catégoriques, c’est-à-dire auxquels on doit absolument obéir. Tout peut donc peut-être s’acheter, mais tout ne doit pas s’acheter. »

La position d’un auteur est souvent plus facile à mobiliser que le souvenir d’un texte précis de celui-ci ; pourtant, la connaissance d’un texte est plus facile à exposer que celle d’un auteur. C’est pourquoi il est préférable de lire des textes d’auteur, toujours courts et ciblés, toujours écrits dans un langage accessible, plutôt que des exposés de leur positions du type « Platon pense que…, mais Nietzsche pense que… ». Néanmoins, il est toujours possible de faire un exposé correct et honnête de la position d’un philosophe.

L’utilisation des exemples est soumise aux mêmes règles que l’utilisation du texte d’auteur : vous pouvez sans restriction user d’un exemple de l’auteur, le développer, lui apporter un contre-exemple fourni par un autre auteur, etc., mais il est risqué d’apporter un exemple de votre cru.

Rédiger un paragraphe à partir d’idées générales sur une notion

À condition de détenir des idées générales exactes et de retrouver, en rédigeant votre paragraphe, des développements assez précis, cette manière peut donner de très bons passages de dissertation. La difficulté rencontrée est souvent de développer l’idée en question : une fois qu’on l’a écrite, on n’a plus rien à dire. Surtout, ne cherchez pas à le cacher en répétant la même idée sous une autre forme, pour « prendre de la place » et occuper un paragraphe.

Sur le sujet « La conscience que nous avons de notre liberté vient-elle de ce que l’avenir nous paraît indéterminé ? », voici un paragraphe de « délayage » d’une simple idée.

« Selon le déterminisme, tout phénomène est en réalité prévisible ; dans la mesure où nous ne le prévoyons pas réellement, nous pensons être libres. Cela signifie donc que notre conscience de la liberté vient bien, pour le déterministe, d’une ignorance de ce que l’avenir nous réserve : comme nous ne le savons pas, nous croyons qu’il n’est pas déterminé. Ainsi, l’indétermination du futur pour nous se confond avec la foi en notre liberté ; elle ne signifie pourtant pas l’indétermination du futur en lui-même, lequel serait prévisible, si nous connaissions tout ce qu’il faut connaître pour le prévoir. C’est, par conséquent, notre ignorance de ce qui doit nécessairement arriver qui nous fait croire que rien ne doit nécessairement arriver et donc que nous sommes libres. C’est bien ce que nous formulons en disant : “La conscience que nous avons de notre liberté vient de ce que l’avenir nous paraît indéterminé”, et donc a contrario que si nous pouvions prévoir l’avenir, nous ne croirions plus être libres, puisqu’il nous paraîtrait précisément indéterminé. »

La meilleure méthode, pour développer une idée, consiste à décomposer l’idée simple en idées secondaires et à les illustrer en cherchant des exemples ou des applications de cette idée. S’il vous vient à l’esprit des contre-exemples apparents, montrez pourquoi ils n’en sont pas en réalité.

Sur le même sujet, à partir de la même idée simple, voici ce que donnerait un véritable paragraphe de dissertation.

« Pour le déterministe, l’avenir est en lui-même déterminé. De tout ce qui arrive aujourd’hui découle tout ce qui arrivera demain. Il en va ainsi des phénomènes naturels : si nous connaissions la position, la direction et la vitesse de chacun des grains qui composent un nuage de poussière, nous pourrions prévoir la forme qu’il prendra à tout instant du temps. Il faut donc nous imaginer nous-mêmes comme l’un de ces grains de poussière : déterminé dans tout ce qui m’arrivera demain, puisque tout ce qui m’arrive aujourd’hui est déterminé. Cependant, si tout est bien déterminé en soi, tout ne l’est pas pour moi : mon ignorance du futur repose sur mon ignorance de la totalité du présent. Je ne sais pas, par exemple, que je serai malade demain, parce que je ne suis pas aujourd’hui conscient de l’action du virus sur mon corps ; le coureur ne sait pas s’il gagnera la course, parce qu’il ne peut connaître l’état de fatigue de ses adversaires. D’une telle ignorance d’un avenir déterminé en soi découle le sentiment qu’il est en réalité indéterminé, parce qu’il repose sur ma liberté. Je crois vouloir librement boire un verre, alors que j’y suis poussé par une soif à laquelle je ne prends pas garde ; le fumeur croit fumer en toute liberté, alors qu’il ne pourrait s’en empêcher. »

En développant ainsi un paragraphe, il peut vous venir d’autres idées, qui feront l’objet d’autres paragraphes ou que vous pouvez exposer dans le même paragraphe.

En rédigeant le paragraphe précédent, vous pouvez penser à l’idée d’inconscient qui nous détermine à agir à notre insu, alors que nous croyons agir librement. Vous pourrez consacrer un paragraphe à ce cas particulier ou bien le développer à la suite du présent passage.

Mieux vaut faire un paragraphe un peu plus court, qui ne soit pas répétitif, qu’un long paragraphe vide, qui ressasse la même idée.

Rédiger des exemples

Le développement d’un exemple ne doit jamais être poursuivi pour lui-même, mais seulement dans la mesure où il illustre votre idée. Si, en exposant un exemple, vous en arrivez à développer une idée contraire à celle que votre paragraphe soutient, c’est que votre exemple est mal choisi ou que vous l’avez exposé trop longuement. On peut parfaitement utiliser un même exemple pour soutenir deux idées opposées.

Si le développement de votre exemple vous conduit à d’autres idées qui se rattachent à votre idée principale, présentez-les. Les exemples offrent d’excellentes stimulations naturelles de la pensée et vous épargneront souvent le tracas d’avoir à « remplir des pages », si du moins vous savez vous en tenir, en les développant, aux limites de votre sujet.

La rédaction des transitions

Les transitions expriment la continuité de la pensée et corrigent l’impression de décomposition artificielle des idées qu’impose la rédaction en paragraphes et en parties.

Les transitions entre paragraphes

Elles sont très faciles à effectuer : il suffit de faire allusion à la dernière idée du paragraphe précédent. Lorsque vous arrivez à la fin d’un paragraphe, pensez toujours à la façon dont vous pourrez commencer le suivant : cela vous aidera à garder pour la fin une idée qui permet d’enchaîner sur la suite.

Il faut à tout prix éviter de rendre un devoir qui se présente sous la forme d’un « catalogue des idées ».

Une caricature de ce type de devoir de bon élève savant se présenterait sous la forme suivante :

  • I.
    • 1) Platon pense que…
    • 2) Descartes aussi pense que…
    • 3) Kant pense à peu près la même chose, lorsqu’il dit que…
  • II.
    • 1) Mais Aristote n’est pas d’accord : il pense que…
    • 2) Spinoza ajoute que…
    • 3) Sans oublier Hume, qui pense que…
  • III.
    • 1) Donc, comme le pense Hegel…
    • 2) Mais Heidegger dit que…
    • 3) C’est donc Freud qui a raison…

L’écriture doit être vivante et variée : vous pouvez commencer un paragraphe par la mention d’un auteur, poursuivre par l’exposé de sa doctrine, terminer par l’exemple qu’il prend ; le paragraphe suivant ne devra pas suivre le même modèle mais plutôt opposer à cet exemple un autre exemple, puis développer ce que dit l’auteur qui le prend ou ce que vous avez à en dire. L’important est de ne pas reprendre toujours la même structure de paragraphe. Vous devez faire en sorte que, en lisant le début d’un nouveau paragraphe, on se dise que la phrase aurait aussi bien pu être placée dans le précédent, mais qu’en lisant la suite on voit manifestement que l’on est passé à une autre idée.

À la suite du paragraphe donné plus haut sur le déterminisme et qui finit par la phrase : « Le fumeur croit fumer en toute liberté, alors qu’il ne pourrait s’en empêcher », voici comment il est possible de commencer le paragraphe suivant :

« Cependant, ce n’est pas parce que le fumeur ne pourrait s’empêcher de fumer qu’il ne choisit pas librement cette nécessité. Le destin guide ceux qui y consentent, mais il entraîne ceux qui le refusent, disaient les stoïciens… »

La transition entre paragraphes n’a pas besoin d’être systématique ; vous pouvez, si vous n’en faites pas une règle générale, commencer un paragraphe sans relation avec le précédent.

Les transitions entre parties

Les transitions entre parties sont plus difficiles à réaliser, parce qu’elles nécessitent de passer d’une idée à une idée opposée. En effet, si les deux idées étaient tout à fait homogènes l’une et l’autre, elles figureraient dans la même partie.

La transition d’une partie à l’autre peut figurer à la fin de la partie qui précède ou au début de la partie qui suit.

Pour les plans par étapes, c’est assez facile puisqu’il s’agit, au terme de l’examen d’une question, d’en poser une autre qui va permettre d’avancer encore dans la résolution du sujet. Pour les plans par thèses, on se doit de montrer comment la première thèse se renverse dans la seconde. C’est un travail bien plus délicat. Consultez à ce sujet les deux corrigés de dissertation.

Si, quoi qu’il en soit, vous ne parvenez pas à appliquer une telle méthode, contentez-vous d’une transition apparente. N’essayez alors plus de faire une transition entre deux parties, mais entre deux paragraphes : le dernier paragraphe de la première partie et le premier de la seconde. Utilisez les procédés de la transition entre paragraphes.

Les conclusions de parties

Facultatives, elles peuvent tout aussi bien être contenues dans l’introduction de la partie qui suit. Elles ne doivent pas faire plus de trois à cinq lignes.

La fonction de la conclusion de partie est de se retourner sur le chemin parcouru dans cette partie. Elle peut servir de transition si vous profitez de ce coup d’œil général pour annoncer la partie qui va suivre.

Reprenons le sujet « Ce qui est vrai est-il flagrant ? ». Le plan proposé prévoyait une première partie qui étudierait « l’évidence comme critère nécessaire de vérité ». Supposons que le plan interne de la première partie ait été :

  • seul ce que je perçois immédiatement est évident et vrai (sceptiques) ;
  • l’évidence de la certitude sensible est trompeuse, provisoire et vide (Hegel) ;
  • l’authentique évidence est intellectuelle avant d’être sensible, c’est le rôle de la clarté et distinction d’une idée (Descartes), qui fonde toute vérité dérivée par le raisonnement.

One thought on “Introduction En Philosophie Dissertation Proposal

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *